Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2005

Fracture littéraire ?

Message sans origine définie qui se répand de blog en blog :

"VENDREDI 11 NOVEMBRE 2005 GRAND RASSEMBLEMENT DE TOUTE LES CITEE D'ILE DE FRANCE SOUS LA TOUR EFFEIL A 14H00 PRECISE

FAIT TOURNER GROS , C IMPORTANT !!

DEJA SUR Y A VAL FOURRE CHANTELOU TRAPPE AVEC 400 TETES ET SARCELLE GARGE VILLIER LE BEL AVEC 300 TETES
ET STAINS PIEREFITE SEVRAN AVEC 300 TETES OSSI

ON VA CRAME PANAME COUSIN ON VA VENIR ENCULER SARKO CHEZ LUI"

 

C'est là qu'on voit qu'il existe une "fracture". Pour obtenir le même résultat, une personne plus consciente des règles implicites de la société écrirait plutôt quelque chose comme :

"Vendredi 11 novembre 2005, grand rassemblement de toutes les cités d'Ile-de-France sous la Tour Eiffel. À 14h00 précises.

T'en as marre de te faire contrôler au faciès par la police ? Marre d'être considéré comme un étranger dans ton propre pays ?

Pour garder la tête haute, pour bien faire comprendre à Sarkozy que la France, c'est nous aussi, viens participer à ce rassemblement festif sous la tour Eiffel.

Plus nous serons nombreux, plus notre message sera entendu. La France doit comprendre que nous existons."

Aucun appel direct à la violence, mais c'est évidemment sous entendu dans le contexte actuel.

 

L'auteur de la première version risque de se faire arrêter pour "provocation à l'attroupement armé par écrit public", voire pour "provocation par voie de presse à la commission de crime ou délit" (motifs réels apparemment). Pourquoi pas pour "Fautes d'orthographes en série dans un message à caractère public rédigé par une personne dont on ne sait pas comment le faire taire et dont on a trouvé que ça pour faire croire qu'on fait quelque chose" - un motif comme un autre. L'important, c'est d'en avoir un.

L'auteur de la seconde version, qui n'en pense pas moins à foutre le bordel, ne craint pas grand chose. Les beaux jours, il y a des centaines de gens qui campent sur le Champ de Mars.

Quant à moi, je risque sûrement la mise en examen pour "tournage en dérision de motifs juridiques dont on détourne l'esprit pour arrêter qui on a envie d'arrêter".

Les commentaires sont fermés.