Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2006

LBA... RIP

Grâce à sel- qui m'y a poussé, je vais essayer de faire ce que j'ai annoncé dans la note précédente (si je mets un lien, c'est pour ton confort cher lecteur*, mais aussi parce que je suis sensible à ton plaisir, et que je ne souhaite donc pas que tu manques l'une de mes excellentes notes sous prétexte que j'ai posté 3 notes en 3 jours, ce dont tu as perdu l'habitude), à savoir vous raconter la soirée de vendredi.

C'est dans le métro** que j'ai fait la connaissance de LBA, LeBelAvenir pour l'état blogcivil, un peu avant sa grande période de blogloire (ne voyez cependant aucun lien de cause à effet). Un pique-nique médiatisé sur les pentes du Mont Bercy fit le reste. Enfin pas seulement, il y aussi le superpouvoir. Une amitié était née (je précise qu'il s'agit ici d'une déclaration unilatérale, mais au pire, les amitiés à sens unique, ça existe non ?).

Cessons-là la nostalgie, je risque de la faire pleurer... et passons à cette soirée "enterrement de vie de blog". Car, cher lecteur*, tu ne peux manquer d'avoir remarqué qu'il manquait quelque chose sur la page d'accueil : lebelavenir n'est plus depuis quelques jours dans les records, records du jour, de la semaine, du mois qu'elle a dominés sans discontinuer depuis des mois, s'offrant même le grand chelem, ce que peu ont réussi, à part bien sûr Mme Thatcher les imbéciles qui luttent pour la liberté d'expression sur 20six les blogueurs très drôles et anticonformistes qui nous font réfléchir****.

Et si ta curiosité est aussi aiguisée que ton sens de l'observation, il est inévitable que tu te sois rendu* sur son blog pour savoir ce qu'il en était et découvrir sa courageuse décision de disparaître de la blogosphère au sommet de sa gloire. Et que pour fêter cela, dans un élan narcissique que nous lui envions tous, elle a invité tous ses fans à une grande fête, que nous appellerons pour l'occasion "soirée".

Cette soirée a eu lieu vendredi dernier, 20 janvier, quelque part à Paris, dans un lieu connu seulement de ceux qui sont venus et de ceux qui devaient venir mais ne sont pas venus (on attend les mots des parents).

Pour évacuer ma légère appréhension à rencontrer des blogueurs inconnus (car je peux vous l'avouer maintenant, vous co-fêtards qui lisez cette note avec avidité, tout le monde sait que les révisions de dernière minute ce n'est pas bon, et donc que je ne "connaissais" suffisamment que 3 d'entre vous lba included), je me décidais à aller à pied au rendez-vous, tout en prévoyant d'arriver avec un petit quart d'heure de retard, pour ne pas être le premier et donc celui qui se sent un peu obligé de tenir la conversation, ni être le dernier, pour ne pas non plus faire l'objet de toutes les attentions. On a les tactiques qu'on peut. Et l'objectif fixé fut atteint. En plus, j'ai résisté à la tentation d'avoir la tentation de faire demi-tour.

Bref, à 30 mètres du bar, je croise un jeune homme accompagné qui se rend au distributeur. L'homme me jette un regard du style "et s'il en était ?" (de la lba party, pas du clan Mac Leod !). Et je me dis : "tiens, peut-être qu'il en est et qu'il se demande si j'en suis".

Parvenu au terme de cette intense réflexion, je suis devant la porte du bar. Dehors, à droite, un groupe. Pas de lba. J'entre, salue le serveur et demande "la table au nom de lba, SVP". Avant même qu'il me réponde, je reconnais à une table peebee, d'après la photo postée sur son blog. Je m'approche, un peu intimidé (ça ne se voyait même pas, super fier). lba me salue.

Je salue les présents, à savoir lba-lablogueuse (appelez-la "moi"), CCL (une sans-blog - la honte - dont les contributions vont disparaître avec lba-leblog), celui-qui-ne-veut-pas-qu'on-dise-le-nom-de-son-blog (l'ami de la lba colocation), celui-qui-n'a-pas-de-blog-mais-quand-même-un-pseudo (lba coloc'), uneautrequemoi (qui a tellement aimé qu'on se frite une ou deux fois qu'elle a choisi de quitter sa plate-forme pour 20six - VRP pour 20six, c'est un job respectable non ?), peebee (que je fréquente régulièrement bloguesquement parlant) donc et ange-etrange (dont l'histoire m'a jusque-là laissé muet - pas un com', pas une mobylette... et le premier qui dit que c'est un exploit perdra son blog pendant la migration, abattu par un hacker fou). Et comme nous sommes des gens civilisés, nous échangeâmes également nos vrais prénoms de la vraie vie.

Voilà, vous venez d'assister à l'une des activités préférées et chasse gardée (j'ai failli mourir pour l'avoir, dans un moment d'égarement, oublié) de lba : le tour de table ! Ce premier tdt***** à peine terminé, arrivent lover (et bien oui, nous en étions !), accompagné de leblogc'estpourbientôt (elle se reconnaîtra !). lba se lance alors dans un second****** tdt*****. Le temps de commander une bière, pour donner à mes mains de quoi s'occuper, et à mon esprit le temps de s'acclimater, arrive soacre (qui connaît tous les clients du restau, vu qu'il ne savait pas à quoi ressemblait lba-lablogueuse).

Et ce qui devait advenir advint : lba se lance dans un troisième tdt***** ! Ne soyons cependant pas moqueur. Ces multiples tours de table (il y en aura d'autres mais patience) ont une vertu décontractante pour les présents et si je ne suis pas le premier à lancer les conversations, heureusement d'autres s'en chargent (lecteur*, lecteur*, tu ne crois pas que je vais donner des noms...tss tss).

L'arrivée de quisas-quisas (bizarre comme j'ai trouvé qu'elle était assise trop loin) permet à lba de parfaire son quatrième tdt*****-show. Les apéros commencent à faire leur effet (du moins sur moi), les langues se délient, les souvenirs d'anciens combattants (et toi, tu connais le blog d'untel ? et tu te souviens quand on s'est engueulé chez untel2 ? et tu sais, j'ai lu ton blog... etc.). Le cinquième tdt***** est réservé à ursun.

Ne manque plus que le fil rouge, que dis-je le héros du lba-leblog (non pas son père !) : Pierre... dont je peux comprendre l'appréhension à rencontrer tous ces gens qui ne connaissent que lui. Il s'en est bien sorti je trouve... Enfin, en tous les cas, il n'échappa ni aux feux de la rampe... ni au sixième tdt***** de lba !

Voilà la soirée va bon train, on boit et on finit par manger, faux-filet à point sauce roquefort et frites pour moi (l'eau c'est un hasard) :



peebee et ange-etrange nous quittent d'abord vers minuit (faites des gosses !). Progressivement ce sont lover et leblogc'estpourbientôt qui font de même, bientôt imités par quisas-quisas, puis par Pierre et celui-qui-n'a-pas-de-blog-mais-quand-même-un-pseudo. Ne restent bien évidemment que les soûlots plus sympas.

Mais bientôt, 2h00 s'approchant, il nous fallut envisager notre départ... d'autant que notre ami serveur n'en pouvait plus, fatigué par une fièvre pas trop cool. Les comptes faits, nous nous retrouvons sur le trottoir.

Avec cette envie de ne pas se quitter... c'est fou ça, la chaleur humaine. Bref, je passe sur les 10 minutes de marche dans un sens, 10 minutes dans l'autre (qui a dit inutiles ? Elles nous ont permis de trouver un taxi pour CCL et accessoirement de semer lba - quand tu penses, lba, que tu es rentrée seule, dans ses rues sombres, alors que nous t'avons suivie à peine 10 minutes plus tard, t'enrages non ?).

Bon, lecteur*, tu as pris des notes, tu sais qui reste, non ? T'es sûr* ? De retour devant le restau, nous nous engouffrons donc dans le véhicule d'uneautrequemoi, celui-qui-ne-veut-pas-qu'on-dise-le-nom-de-son-blog, soacre, ursun et moi (schleuder, pas lba, on n'est plus en train de faire un tdt*****). Direction l'épicier-qui-vend-des-cigarettes-à-l'unité (ajoute du jus de pomme pour la vodka et de la bière pour avoir de quoi finir la soirée).

Chez moi donc la fin de soirée. Je sais c'est triste, mais lecteur*, tu ne connais pas le quartier, les boîtes ne prolifèrent pas. Pendant qu'ursun pique un roupillon (ce qui lui permettra de bloguer dès son retour chez lui - un vrai blogaddict), on discute tranquillement en sirotant bière et vodka-pomme ou pas pomme.

Au petit matin, peu avant 5h00, mes compagnons me quittent pour retrouver leurs pénates.

Voilà, lecteur* curieux*, comment des blogueurs qui ne se connaissent que Dave et pas d'Adam se rencontrent, se découvrent et finissent crevés, l'Ikéa-addict, sur un coup de tête inconsidéré, allant même jusqu'à envisager d'abandonner son idée d'aller y faire les soldes, c'est pour dire !

Une bonne soirée quoi... d'autres soirées en perspective pour encore mieux se connaître. Chouette !

Resté seul, le temps pour moi de répondre au com' sur mon blog et hop, au lit.

J'espère en tous les cas que la longueur de cette note est suffisante pour rendre hommage à lba-leblog.

LBA est mort ! Vive Huguette******* !

RIP



D'autres comptes rendus, chez peebee, ange-etrange, soacre, uneautrequemoi, lover...

* pour des raisons de simplifications grammaticales, je n'utilise ici que le masculin. Je demande respectueusement à mon cher lectorat de ne pas considérer cela comme sexiste et de bien vouloir lire "cher lecteur, chère lectrice". J'écris cette note de bas de page en posant la première étoile, il se peut que je l'utilise pour un autre terme que "lecteur". Je prie mon aimable lectorat de faire lui-même l'adaptation.
** ce lien n'est donné qu'à titre informatif et par pure conscience archivistique puisqu'il n'existera plus dès demain, avant même la migration 20sixienne (c'est pour dire qu'en de nombreux domaines LBA est une précurseur***).
*** la note de bas de page * ne fonctionne pas dans ce cas, mais, en tant que réac' de gauche, je me refuse à utiliser "précurseuse".
**** pardonne, lecteur*, mon politiquement correct, mais je ne tiens pas à être pris pour cible.
***** tour de table (je dis ça au cas où quelqu'un* serait tenté* de demander).
****** le compteur de tdt***** est schleuder-centré.
******* le prénom a été changé.

00:00 Écrit par Schleuder | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : triscotte, triscottes, pot de départ, LBA

Les commentaires sont fermés.