Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2006

Questionnaire sexuel

De plus en plus chaud je vous préviens !

Ursun, celui qui veut devenir roi de la blogosphère par les questionnaires, a eu la machiavélique idée de créer un questionnaire à transmission sexuelle (il semblerait qu'il s'agisse en fait d'un lapsus textuel).

Par je ne sais quel miracle, je me suis retrouvé contaminé... d'où une éruption bubonique de réponses.

 

1. Y a-t-il de bonnes raisons de mentir ?

Evidemment ! Nous sommes pour la plupart d'entre nous de grands hypocrites qui soi-disant ne supportons pas le mensonge, mais qui avons encore plus de mal à supporter la vérité.

Dans toute relation sociale, il est donc quasiment obligatoire de mentir pour ne pas nous froisser les egos, les vanités, les tranquillités, etc. respectifs.

Le "roi est nu" et tout le toutim, c'est du folklore... Si chacun disait aux autres ce qu'il pense vraiment (ce qu'il croit être la vérité et ce qui l'est parfois mais pas toujours), il y aurait des morts à tous les coins de rues et à chaque instant.

Les bonnes raisons de mentir sont donc évidentes : la vérité nous est souvent insupportable... et les autres le savent, ce qui vaut mieux pour leur vie.

 

2. Peut-on mentir à tout le monde ?

Une question bien floue... Donc pour en restreindre la portée, on va supposer que mentir suppose un acte volontaire (parce que s'il fallait tenir compte de toutes les fois où l'on a tort en croyant avoir raison...), et que le "peut" est plus que la marque de la simple possibilité (sinon la réponse est effectivement positive, il suffit de supposer par exemple que le monde entier lit mon blog et que j'affirme me prénommer "Georges").

Ceci étant posé, "peut-on mentir à tout le monde ?" devient "y'a-t-il des personnes à qui il est impossible de mentir ?".

J'ai beau cherché, je ne trouve pas, même si, face à une autorité quelconque, je peux imaginer que cela est plus difficile, impossible de concevoir que ce ne soit pas faisable...

 

3. Même à son chien ?

Qu'est-ce ça comprend au mensonge un chien de toute manière ? "Je lève la main droite et je dis que je jure de dire toute la vérité, rien que la vérité... à mon chien".

 

4. Racontez le plus gros mensonge que vous ayez eu à raconter. Dans quelles circonstances était-ce ?

Je suis très mauvais pour inventer des mensonges... un manque d'imagination affolant. Mais rassurez-vous, il n'y a pas que les contes abracadabrantesques qui permettent de se sortir de certains mauvais pas.

Il y a par exemple la dénégation farouche, en particulier lorsque l'affirmation à nier n'est pas vérifiable, principe du "pas vu, pas pris" quoi : "Comment ça bourré ? Je n'ai pris que deux bières, ça doit être la fatigue !".

Il y a aussi le "doute raisonnable". Il suffit pour cela de donner une explication alternative crédible : "Tu sens la fumée dis-donc" dit Maman. "Oui je suis allé faire un baby au café [sans alcool, à la cafet' dira-t-on plus tard chez Hélène] avec les copains".

Mais le plus simple, c'est bien souvent de jouer sur les certitudes de nos interlocuteurs. S'ils sont eux-mêmes persuadés que vous ne pouvez pas faire certaines choses, pourquoi les détromper ? "Tu peux pas avoir un blog, ce truc pour ados neurasthéniques qui se prennent pour des artistes". "Ouais t'as raison...".

 

5. Dites un mensonge au hasard.

Je n'ai pas eu de relations physiques avec Etcpastout pour être contaminé et répondre à ce questionnaire.

12:55 Écrit par Schleuder | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : questionnaire, triscotte, triscottes, sexe

Les commentaires sont fermés.