Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2006

Les questionnaires se ramassent à la pelle...

On dirait que c'est de nouveau la saison des questionnaires et même si je fais tout mon possible pour y échapper, parfois, y'en a qui réussissent à m'en refiler :

1- Mon juron préféré : "Connard !" quand je suis sérieux, "Enculé !" sinon (je sens que vous allez en apprendre des choses avec ce questionnaire).

2- Mes chaussures favorites : c'est quoi cette question pour bobos ? Des chaussures, c'est le truc qui sert à ne pas faire mal quand on marche, ce nes ont pas des toutous de compagnie !

3- L'odeur qui m'émeut le plus : il n'y en a pas qu'une seule et elles m'attrapent souvent par surprise... et puis le contexte est important. Mais, une bonne Triscotte... et la Triscotteuse qui va avec, hummmm... :


4- Ce que je fais quand je ne fais rien : peut-on vraiment ne rien faire ? Il y a tellement de choses que l'on fait à l'insu de son plein gré, comme laisser son coeur battre, ses ongles pousser, son estomac digérer, ses pensées vagabonder, ses yeux voir, ses poumons respirer...

5- Ce que je voudrais dire à mon père : ouh la la, c'est la question qui tue, celle qui est censée mettre le doigt sur mes failles intimes. Alors faites-en ce que vous voudrez, mais je crois que je lui dirais bien : "Hé, stoppe la parano, ça te fera du bien !"

6- Dans mon cerveau*, j'écoute : un jour peut-être je ferai un lien vers le radioblog que je me suis créé. Vous pourriez alors constater ma ringardise grâce aux quelques musiques qui s'y déposent au fur et à mesure de mesimpulsions ou de celles de ma mémoire. "Quoi ma gueule", version live et duo Hallyday/Ringer, l'hymne soviétique par les Choeurs de l'Armée rouge (n'y voir aucune nostalgie, merci), "La nuit je mens" de Bashung (je mens aussi le jour rassurez-vous), "Big in Japan" d'Alphaville (Top 50 nostalgie), "Antisocial" de Trust (un remède à la morosité), "L'aigle noir" de Barbara (une chanson magique). Mais je pourrais tout aussi bien laisser filer ma play list générale composée de briques et de parpaings : Iron Maiden (avec le septième fils du septième fils - un bel exploit quand même !), Noir Désir (parce que je suis un rebelle), Françoiz Breut (j'aime sa voix...), Sigur Ros (vite fatigant quand même), Eiffel (c'est pour le hype), Nirvana, Pink Floyd (parce qu'un jour j'ai acheté un double live), Rory Gallagher (y'a quelque chose...), Mano Solo (la tristesse qui me remonte le moral paradoxalement), Diabologum (trop de la balle), Têtes raides (ah les parfums...), Radiohead (par hasard), Muse (parce que j'aime), Leonard Cohen (Alleluhia !), Arno (à consommer avec modération), Starsailor (à écouter dans une classe A), Mozart (requiem en paix), Dolly (non pas le clone, quoique...), Compay Segundo (BVSC), Thomas Fersen (attention au lion...), Pixies (acoustique ! WWF) et pourquoi pas Benabar (comment ça cynique et déprimant ?). Mais en fait tellement de trucs que j'oublie ou non (merci Internet !). Tiens, y'a même "Belle" du trio Garou/Fiori/Lavoie. Voilà... De toutes les façons, la bonne musique, c'est celle qui te procure des émotions. je sais, les émotions, ça s'éduque et je suis très mal éduqué... Bon d'accord, la bonne musique, c'est aussi celle qui te permet d'avoir l'air intelligent, celle qui te permet d'impressionner le quidam, de draguer les filles. Enfin, c'est tout ça la musique, et le meilleur groupe de rock, c'est scritch scritch - désolé, je suis passé sous un tunnel ! Bref, maintenant vous savez qui je suis...

7- La dernière fois que j'ai pleuré : c'est vache comme question, parce qu'on ne peut pas vraiment déconner. Si ? Quand Zidane a collé son coup de boule à Materrazzi ? C'était beau cette révolte... Ou quand j'ai épluché les oignons pour le frichti ? Non ce n'est pas à ces moments-là. Je crois qu'en fait c'était après une discussion avec une amie qui n'allait pas bien du tout, et je ne savais plus trop quoi faire. Mais bon, ça va mieux maintenant. N'empêche que quand je pleure, je suis très accessible... ce qui ne m'a pas vraiment réussi d'ailleurs. J'ai donc décidé d'arrêter de pleurer.

8- Ma recette de grand-mère : Mieux vaut péter en société que crever tout seul.

9- Je me regarde dans la glace et je me dis : "Tout n'est pas perdu !"

10- Je pourrais y passer des heures : à ne rien faire (voir question 4).

(il y a encore 10 questions mais c'est déjà un peu long je trouve : la suite demain !)

* je me permets ici de modifier la question initiale ainsi libellée : "Dans mon Aïe Pod**, j'écoute...". "Dans" étant un adverbe de localisation, je peux écouter de la musique dans ma voiture par exemple, mais je ne suis pas assez miniaturisé pour le faire dans mon auto-radio.

** phonétiquement parlant pour éviter toute publicité, qui est d'ailleurs le but à peine transparent de ce questionnaire. Or, je n'ai pas cet accessoire signe extérieur de je ne sais quoi (faut demander à ceux qui en ont un) bien trop sophistiqué pour mes goûts musicaux.

15:45 Écrit par Schleuder | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : questionnaire, triscotte, triscottes, recette, péter

Les commentaires sont fermés.