Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2006

Liberté d'expression : le cas Denis Robert...

Il y a quelque temps, j'avais fait une note pour parler de Clearstream, l'affaire, la vraie, celle révélée par Denis Robert. Dans le magma des informations distillées chaque jour, cette fameuse affaire Clearstream est quelque peu passée à la trappe. Pas complètement certes, mais si je faisais un sondage sur ce qu'évoque l'affaire Clearstream, je suis prêt à parier que l'on aurait surtout l'affaire(tte) Villepin/Sarko, mais rien sur ce système qui permet à tous les puissants et puissances du monde de blanchir, de dissimuler des sommes si colossales que la cagnotte de l'Euromillion c'est de la gnognotte à côté.

Cet argent (qui n'a pas d'odeur), c'est l'argent de tous les trafics, de toutes les magouilles.

Et Denis Robert nous a dévoilé tout ça. Apparemment, ça ne fait pas grand effet. Grande presse et monde politique ont soit fermé les yeux, soit au contraire cherché à démolir - en toute mauvaise foi - les livres de Denis Robert.

Bref, ses livres dérangent et tout est fait pour le marginaliser, jusqu'à l'usage abusive de la justice. Aujourd'hui Denis Robert croule sous les plaintes. Et il a besoin de soutien. Financier d'abord, c'est sûr. Mais aussi de soutien tout court.

Une association, Comité de soutien à Denis Robert, se charge de recueillir les fonds. Mais chacun d'entre nous peut faire plus. D'abord en se renseignant sur ce qu'est le clearing, sur Clearstream, sur les conséquences d'un tel système sur l'économie. Tous les liens se trouvent sur son site et dans ma note précédente sur le sujet.

Ensuite, en faisant circuler l'information. En mettant son site en lien sur les vôtres. Bref, en aidant à maintenir visible ce que l'on tente aujourd'hui d'occulter. Et puis en achetant ses livres, notamment Révélation$ et La boîte noire, mais aussi Clearstream, l'enquête (pour savoir comment la vraie affaire est utilisée dans l'affairette Chiraco-sarkozyste). Après tout, c'est bientôt Noël et franchement ça vaut bien n'importe quel Prix Goncourt...

La liberté d'expression, bien souvent considérée aujourd'hui du point de vue étriqué de l'individualisme ("J'ai le droit de dire ce que je veux, si je veux, et si tu me dis que ce sont des conneries tu n'es qu'un sale fasciste"), est effectivement en danger. Et ce qui est grave, c'est que ces atteintes sont faites en instrumentalisant la justice. Elles sont faites parce que certains politiques trouvent là l'occasion de faire couler leurs adversaires.

Mais pendant ce temps-là, l'argent sale circule... et ce n'est pas sans conséquence sur nos vies quotidiennes comme expliqué dans ce documentaire sur le rapport entre Daewoo et Clearstream (et pour voir Denis Robert et d'autres émissions sur l'affaire, faites un tour chez Sidoniem).

À vous de jouer...

NB du 07/12/2006 : je sais que ça a peu d'importance, mais j'ai jeté un oeil sur le livre Clearstream, l'enquête et je dois reconnaître que la forme choisie par l'éditeur me fout un peu en rogne. Une grosse police pour donner du volume au livre, le tout pour 20 euros, franchement,  Julliard exagère !

15:35 Écrit par Schleuder | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Denis Robert, Clearstream, Triscotte, Triscottes

Commentaires

c'est pas tout ça, mais on parle plus de la triscotte

Écrit par : Fiörgyn | 28/11/2006

J'ai vu Denis Robert dans un "Arrêt sur Images" consacré à Clearstream il y a quelques mois. C'était à la fois édifiant et déroutant. Tout ce qu'il disait se tenait, mais il ne donnait pas l'impression d'avoir des preuves tangibles. Face à cette histoire si compliquée, j'hésite à porter des jugements. Je ne me sens pas suffisamment armée.

Écrit par : Luciole en couleurs | 28/11/2006

Au delà de la liberté d'expression, c'est le métier même de journaliste qui est attaqué : curieux que les grandes plumes du Monde (Edwy Plenel par exemple... bon ok, il est plus au Monde...) s'acharnent sur Denis Robert ou tout simplement fassent semblant d'ignorer la portée de l'affaire... Etonnant qu'ils ne crient pas au scandale (et notamment Plenel) lorsque Denis Robert est mis sur écoute... Etonnant qu'ils fassent preuve d'aussi peu de solidarité envers un de leurs confrères, alors qu'ils dégoulinent habituellement de bons sentiments et de fierté vis à vis de leur profession...

Et si Denis Robert se fait éliminer "accidentellement" (ça arrive aussi, les "suicides"...), y'en aura-t-il un pour assurer la relève et mettre les mains dans la merde qu'est cette affaire Clearstream ?

Enfin, au delà de ça, les médias traditionnels et installés (radios, télé, presse écrite) ne sentent-ils pas qu'ils ont perdu une grande part de leur crédibilité par leur silence et leurs connivences avec le pouvoir ?

Écrit par : LST | 29/11/2006

fiörgyn> mais si on en parle, mais de manière subliminale... (la preuve dans les "tags"). Et puis va voir sur ce lien, http://cadencerompue.blogspirit.com/archive/2006/11/23/interlude-militant1.html#comments, tu verras que le combat s'étend.

Luciole> il a fait un travail de journaliste, à savoir trouver les témoignages (Ernst Backes par exemple qui a travaillé chez Clearstream), des documents (les fameux listings : si certains ont jugé que les truquer pouvaient nuire à certains, c'est bien qu'au départ ces listings étaient considérés comme sérieux). Son argumentation est étayée autant que possible pour un journaliste. Le reste devrait être l'affaire de la justice, voire de la politique. Mais rien ne bouge dans ces domaines. Enfin si, mais dans le mauvais sens...

LST> le métier de journaliste est depuis longtemps moribond. Et je pense que tu voulais dire "avec LES pouvoirs"... parce qu'aujourd'hui ce sont surtout les multinationales qui les détiennent. Quand on vous dit qu'une presse aux mains de financiers c'est bon pour la liberté d'expression !

Écrit par : schleuder | 29/11/2006

schleuder>ouais, je mettais tout dans le même sac. On disait, fut un temps, que la presse est le 4ème pouvoir. On connaît les trois précédents (législatif, exécutif, judiciaire), mais le 5ème lui cherche à se faire discret...

Écrit par : LST | 29/11/2006

Les commentaires sont fermés.