Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2007

Coming out ?


Soralerie interview alain soral
envoyé par Chevalier_du_Christ

 
Alain Soral vient de faire son coming out. Non il n'est pas homosexuel. Il roule désormais pour Jean-Marie Le Pen. En soi, peu importe, c'est aussi important que le soutien de Doc Gynéco à Sarkozy. Ce qui m'intéresse, c'est l'analyse qui l'a amené là, analyse bien loin du "J'aime pas les noirs et les pédés" ou du "Christ roi".
 
Car je souscris à son analyse. Ce qu'il dit sur le "système", la nation, la République, les gauchistes, les écologistes etc. je suis globalement d'accord. Ce qui me retient de rejoindre Le Pen ? Peut-être suis-je un petit-bourgeois (c'est possible) ou un bobo qui ne s'assume pas (ça m'étonnerait quand même). Surtout, je ne suis pas aussi sûr que lui que Le Pen soit le plus grand résistant de ces 40 dernières années. Ou peut-être si. Le plus grand, mais pas un grand. Je trouve qu'il s'est un peu trop installé dans ce rôle ma foi confortable.
 
J'ai aussi du mal à penser que les élus du FN soient radicalement différents des autres. J'ai toujours pensé qu'une part de leur vindicte contre les "Affaires" étaient en partie motivée par le fait qu'ils n'y étaient pas associés la plupart du temps.  
 
Et puis il y a malgré tout cette ambiguïté sur l'immigration. Parce qu'il y a deux sortes d'immigration, celle qui ne peut être changée, et quoi qu'on puisse en dire, elle a été, elle a donné des fruits et ces fruits sont là et nulle part ailleurs, et celle qui est en cours. Et si le discours paraît cohérent à ce propos, il n'est que de voir les commentaires sur certains blogs estampillés "Le Pen" pour se poser sérieusement la question concernant la mise en pratique. Parce qu'apparemment certains ne font pas trop la différence, ne cherchent d'ailleurs pas à faire cette différence. J'ai donc un peu peur que, soit par calcul politique, soit par impuissance, l'arrivée de Le Pen au pouvoir ne s'accompagne de ratonnades et autres chasses aux colorés, ce qui serait d'ailleurs contre-productif pour cette intégration républicaine....
 
J'ai décidément des pudeurs de gauchiste... 

14:15 Écrit par Schleuder | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : Soral, front national, le pen, triscotte, triscottes

Commentaires

J'ai rarement entendu autant de conneries en cinq minutes...en même temps, écouter un mec qui sait que dire "tu vois " toutes les dix secondes, c'est un peu limité comme conversation..

Écrit par : Lex | 03/02/2007

Lex> ça dure 30 minutes. Tu n'as entendu que 5 minutes de conneries. Et le reste ? Le plus intéressant, c'est d'écouter ce qu'il y a entre les "tu vois". Enfin, chacun son avis après tout !

Écrit par : schleuder | 03/02/2007

Non j'ai entendu plus que 5 min mais je suis tout de même pas allée jusqu'au bout...Bah justement, ce qu'il y a entre les "tu vois" m'a pas vraiment intéressé et certainement pas convaincu...enfin chacun son avis après tout!

Écrit par : Lex | 03/02/2007

Bravo pour tes pudeurs de gauchiste, c'est bien, quoiqu'en dise Soral, de rester fidèle à ses convictions les plus profondes.

Je n'ai certes pas les mêmes convictions - et ce n'est pas un scoop - mais le personnage Soral m'inquiète bigrement. Cela fait plusieus années que je suis son évolution et là où il me dérange, c'est dans sa non évolution.

On retrouve son insécurité profonde quant à sa position dans la vie, la société. Celui-ci n'arrête pas de clamer à tout vent qu'il est "sociologue". Il le clame trop pour que cela ne cache pas qqch.
En fait c'est un autodidacte - rien de mal en cela, au contraire - mais un autodidacte honteux. Il aimerait tant avoir les titres de ceux sur lesquels il crache si allègrement.

Il villipende tous ceux qui "vont à la soupe" mais lui y est toujours allé. Je crois qu'il regrette sa période benie ou il était le constestaire accepté du système (passage fréquent chez ardisson, etc.).

Il crache maintenant dans la soupe à laquelle il s'est nourri, mais cela est normal. On ne déteste jamais aussi bien que ce que l'on a adoré.

Ce qui me dérange le plus dans le personnage, c'est la Haine qui émane de lui et le mépris qu'il affiche envers tous ceux qui ne pensent pas comme lui.

On retrouve ici sa vieille éducation marxiste et sa pratique du dénigrement et de l'attaque personnelle quand il ne reste plus que cela comme argument.

J'en veux à preuve ce qu'il a écrit sur Dantec ( que je ne porte pas particulièrement dans mon coeur, mais qui a en lui cette étincelle de folie / génie que l'autre n'a pas). Plutôt que de l'attaquer sur son oeuvre - ce qui necessite de la lire, et ce, *en entier* - et ça, c'est franchement difficile - soral y va des attaques personnelles et le traite de "petite bite", et d'ex amoureux rejeté d'une petite Aisha quelconque , ce qui expliquerait son anti islamiste profond. Ses joyeux commentaires sur la mauvaise peau de Dantec ne sont pas là pour réenforcer ma sympathie pour Soral.

Dans l'association FN soral, je crois que c'est le fn qui y perd car soral va y rajouter la dimension "haine" dont le parti de lepen essaye justement de se libérer.

Il est intéressant, en plus, de voir que s'il agit dans le bureau du FN, il n'a pas encore pris sa carte.

Prudent le soral, toujours prêt à évoluer.

POurtant je dois dire qu'il y a beaucoup de choses intéressantes dans ce qu'il dit. Le problème c'est sa sincerité.

Écrit par : zorglub | 04/02/2007

Zorglub/Je te suis tout à fait.

Schleuder/Indéniablement ce type est frusté, haineux et sans envergure. Il ne sait comment se rendre intéressant et "rebelle".
Il n'a produit aucun livre majeur, sort d'énormes conneries à ses heures...
J'ai néanmoins été choqué par la censure et le traitement dont il a fait les frais à Science po.
Je dirais qu'il ne peut être sincère parce que visiblement bien trop obnubilé par son image (et sa bite). (là je fais du Soral ;) )

Écrit par : profdisaster | 04/02/2007

Lex> ça demanderait peut-être effectivement un peu d'explications de texte.

Zorglub et profdisaster> merci pour ses éclairages intéressants qui recadrent un peu le personnage. Cependant, je m'intéressais plutôt à ce qu'il disait, vu que globalement, sans avoir le même parcours que lui du tout, je suis assez d'accord avec ce qu'il dit, même si certes il pourrait le dire autrement, de manière moins directe et procvocatrice. Et gauchiste, je ne le suis pas tant que ça...

J'oubliais : là où ce qu'il dit m'intéresse, c'est aussi dans les catégories qu'il cite. ça met bien en perspective le fait que des mots comme gauche, droite, extrême etc. sont devenus très formels, et surtout que ce vocabulaire n'est en rien neutre, puisque c'est le "système" lui-même qui les impose, repoussant aux extrêmes ce qui le gêne.

Écrit par : schleuder | 04/02/2007

suis allée voir ton lien chevalier du christ, qui a fourni la vidéo
je me demande comment tu peux adhérer aux idées d'un tel personnage
suis un peu déçue.....

Écrit par : tarmine | 05/02/2007

Pauvre Soral... Il me fait un peu pitié. Un peu seulement. Le FN, c'est encore plus que ce qu'on nous dit dans les médias. Il joue avec les peurs et Soral plonge allègrement. C'est plus facile d'aimer l'arbre qui cache la forêt, on se pose ainsi moins de questions...

Écrit par : mathilde | 05/02/2007

Euuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh...
C'est qui ce type, au juste ?

(j'ai pas vu la vidéo)

Écrit par : LST | 05/02/2007

tarmine> j'ai dit que je souscrivais à l'analyse de Soral, pas à la solution qu'il a choisi, ni à rien d'autre. Il faudrait lire quand même le texte sous la vidéo... ce serait bien, ça éviterait peut-être ta déception !

mathilde> il ne joue pas qu'avec les peurs. Les autres partis, parce qu'ils ne veulent pas voir la source principale des problèmes actuelles, à savoir la prise de pouvoir de la finance, laissent le champ libre aux explications diverses et variées d'autres qui n'ayant jamais été au pouvoir peuvent se parer de vertus qu'ils n'ont pas forcément. Les vrais responsables sont ceux qui nous gouvernent... parce qu'ils n'arrivent plus à voir ce qui crève les yeux de la plupart.

LST> le frère d'Agnès Soral.

Écrit par : schleuder | 07/02/2007

schleud>ça, c'est de la carte de visite! :)

Écrit par : LST | 07/02/2007

Un blog dont Soral et Denis Robert sont les héros... ce serait intéressant à observer si ça n'était pas un peu inquiétant.

L'évolution de l'ancien chevènementiste Soral n'a rien d'étonnant - il y a eu avant lui Jean-Edern Hallier et Thierry Séchan, il y en aura beaucoup d'autres. Après tout, Zev Sternhell avait montré de manière convaincante comment la dérive nationaliste et antisémite d'une partie de la gauche française du XIXe siècle avait jeté les bases des fascismes du XXe...

Un point commun à ces toutes ces dérives du rouge vers le brun: les fantasmes paranoïaques sur le "pouvoir de la finances" de la part de gens qui n'y comprennent pas grand chose. Triste.

(sinon, il y avait un truc dans Le Monde à proipos de Soral, devnu proche de Marine Le Pen comme son ami Dieudonné: http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-823448,36-864559@51-823442,0.html)

Écrit par : Le Plume | 09/02/2007

Quoi ?! Schleuder est de gauche ?! On me dit jamais rien à moi...

Écrit par : Pharamond | 09/02/2007

s'il ne fallait qu'un argument, montrant que les élus et membres du FN sont pareils, voire pire lorsqu'ils sont élus, c'ets de zieuter leur façon de gérer les villes qu'ils ont eu entre les mains...
c'est de savoir que le FN et Le PEn, c'est tout un, qui lègue de l'argent au FN le voit arriver dans la poche de Le Pen...
alors qu'on pense à une nécessaire revitalisation de la politique oui, mais ils sont pareils... dénoncent certes, mais n'assument pas une fois en place

Écrit par : sag | 12/02/2007

Le Plume> je m'attends bien sûr à ce genre de réaction. Peut-être me fais-je mal comprendre, je ne sais pas. En tous les cas, si sur le fond il semble évident que nous ne sommes pas vraiment d'accord, je voudrais quand même parler un peu de la forme de ta réponse parce qu'elle me paraît typique de ce que la gauche représentée par le PS a à apporter aujourd'hui aux questions que je me pose :

1- la condescendance (en quoi il est "inquiétant" que je parle de Soral et de Robert ? : je ne suis pas un leader d'opinion et je me contente de dire ce que je pense, en essayant d'avoir des discussions sur ces sujets, ce qui est ma foi fort difficile à en juger par les différents commentaires).

2- l'insinuation sournoise : j'aurais des "héros", sous entendu, je ne ferais qu'idôlatrer certains personnages, sans donc réfléchir (alors que je me tue à répéter que je souscris à l'analyse de Soral, pas à ses conclusions).

3- le rappel historique sans doute pas tout à fait faux mais qui n'a pas grand chose à voir avec le sujet. D'abord parce que la gauche de la fin du XIX et du début du XXe n'a pas grand chose à voir avec celle d'aujourd'hui, et donc s'en éloigner à l'époque n'a pas grand chose à voir avec s'en éloigner aujourd'hui. Ensuite parce qu'il est fait tout un tas de confusions certes tacites, mais qui ne sont pas explicitées : nationalisme ne veut pas dire racisme, anti-israëlien ne veut pas dire antisémite etc.

4- l'amalgame fait entre des conceptions différentes sous couvert d'étiquettes portant le même nom. Il n'y a pas aujourd'hui de complot de la finance, il y a juste un fonctionnement de l'économie et de la société qui fait la part belle à la finance et lui donne donc structurellement un pouvoir sur la société (de par sa présence dans les médias par exemple, mais pas seulement). un peu facile de ramener cela à de la paranoïa. Je me demande même où est le fantasme...

Bref, une réponse dont à mon avis tu aurais pu te passer tant elle est attendue.

Pharamond> finalement, ce n'est pas si sûr.

Sagesse> les saints sont des hommes comme les autres.

Écrit par : schleuder | 14/02/2007

"anti-israëlien ne veut pas dire antisémite": je le sais bien. Malheureusement, la limite est parfois plus ténue qu'on le voudrait. Lorsque Soral évoque "le judaïsme sioniste" (et non le sinonisme: le choix des mots n'est pas innocent) qui "confine à la maladie mentale", de quel côté de cette limite se situe-t-il? Idem lorsque Dieudonné évoque le rôle (fantasmé) des juifs dans la traite des noirs. Il serait hypocrite de refuser de reconnaître l'existence de cette ambiguité. Hypocrite et dommageable: les dérapages de de Dieudonné ont contribués de manière flagrante au recul des idées qu'il disait défendre.

En ce qui concerne "la finance": l'hypothèse suivant laquelle elle serait constituée en personne morale (susceptible donc d'exercer un pouvoir) demande à être étayée; faute de quoi, je ne vois pas très bien de quoi on parle.

Écrit par : Le Plume | 14/02/2007

sauf que les "saints" c'est un truc pour les cathos, ;-), ce que je ne suis pas... au pire, , je ne crois qu'à une toute relative sagesse de certains, et pas dans tous les domaines...

Écrit par : sag | 15/02/2007

Tu devrais te pencher sur les membres de son réseau, tu comprendrais mieux certaines rétitences à trouver que Le Pen est un homme politique comme les autres !!!

Écrit par : heure-bleue | 20/02/2007

Le Plume> je n'ai pas mis cette video pour faire un portrait de Soral et je ne connais pas vraiment son discours de défense de Dieudonné. Je voulais juste reprendre à mon compte certains apects de son discours dans cette video et uniquement dans cette video. Il n'aborde pas ce thème du sionisme/antisionisme. Je sais cependant que les mots ont de l'importance et surtout qu'il n'y a pas besoin d'être explicite pour faire passer un message. C'est la remarque que je fais sous la video concernant la distinction immigrés/noirs ou basanés, distinction parfaitement faite dans les discours des leaders, mais que certains symapthisants/militants ne semblent pas vraiment faire. Donc qu'effectivement, il y a souvent de la mauvaise foi dans les distinctions formelles faites dans les discours. Mais là n'est pas je crois le thème abordé dans cette interview.

Quant au fait que la finance ait pris le pas sur le reste, j'oserais bien répondre que c'est évident. Qaund certaines entreprises, pour atteindre les bénéfices exigés par les actionnaires, en sont réduites à emprunter le complément qui manque, on marche sur la tête. Aujourd'hui le capitalisme se veut sans risque : on investit mais on veut aussi les dividendes garantis (et pour cause, puisqu'au bout du compte il s'agit bien souvent de payer la retraite méritée de millions de personnes). Mais cette recherche du dividende à tout prix à un revers : ce sont les salariés qui encaissent le choc, soit par des salaires qui stagnent (relativement), soit parce que la délocalisation se profile. Et les salariés, c'est un peu tout le monde. Ce que j'aimerais entendre de nos politiques, c'est le moyen de rétablir un certain équilibre entre les actionnaires (qui sont censés prendre des risques) et les salariés. Et c'est ça que je n'entends pas, parce que des mots comme protectionnisme (pas autarcie) sont tabous. Or il me semble qu'en économie, il n'y a pas de lois absolues, juste des mesures plus ou moins adaptées à une situation, qui peuvent fonctionner à certains moments et pas à d'autres (cf. le bouquin de Bairoch Mythes et paradoxes de l'histoire économique). Aujourd'hui, le cadre du capitalisme financier mondialisé semble le seul possible. Est-ce si sûr ? Je n'espère pas !!

Sagesse> on reconnaît les saints à leurs auréoles.

Heure-Bleue> et pourtant cela en est un homme politique comme les autres. Ma conviction, c'est que Le Pen n'existe que par l'incurie des autres. Et si l'on veut que son parti reste marginal, c'est extrêmement peu efficace que de l'attaquer directement. En revanche, s'attaquer aux véritables problèmes aurait un effet rapide sur le score du FN. Maintenant, avec les politiciens que l'on a aujourd'hui, je me demande s'ils sont capables de sortir du schéma dans lequel ils sont nés et ont grandi...

Écrit par : schleuder | 20/02/2007

sous les bras ?

Écrit par : sag | 21/02/2007

bon tu le vire kan Soral serieux ????

Écrit par : Héroine | 23/02/2007

sagesse> effectivement, c'est à ça qu'on reconnaît ceux qui mouillent le maillot !

heroine> ça vient, ça vient !

Écrit par : schleuder | 25/02/2007

Je l'ai vu en live comme on dit,caniche à sa mémère dans les pas d'une Marine excédée de le voir invectiver les journalistes qu'elle avait elle même convoquée poliment et personnellement, il avait ce côté Monsieur Ramirez dans papy fait de la résistance, que même le Waffen SS méprise tellement il est minable...

Écrit par : LaBrune | 12/06/2007

Les journalistes mériteraient d'être invectivés plus souvent... et ce qui est plutôt méprisable, c'est cette façon de pleurer sur les médias qui ne vous reçoivent pas, tout en leur léchant le T... du C.. Autant je ne suis pas sûr que la façon de le faire soit très efficace, autant je suis parfois d'accord sur le fond de ce que Soral dénonce.

Mais bon, quand une opinion dérange, on pratique l'attaque ad hominem... comme si ça pouvait changer le contenu de ce qui est dit. Décrédibiliser l'homme quand on ne peut pas apporter d'arguments, c'est très classique...

Écrit par : schleuder | 13/06/2007

On pourrait argumenter effectivement et décortiquer ses incohérences dans ses prises de positions successives rien que ça déjà, mais en vaut -il le temps que ça ferait perdre...typiquement, à un même mail, à peine modifié, envoyé par un homme et une femme, il a répondu de manière totalement divergente, acceptant le débat sur le même sujet avec "l'homme", et s'est répandu en injures mysos avec "la femme"
Le mail avait été envoyé par le même homme je précise.
Je me fous bien du féminisme etc mais ça dénote une certaine absence de rigueur et de constance dans son discours qui est prégante chez lui...
Cela dit je le trouve plus punchy et parfois rigolo que l'autre ratiole de Zemmour

Écrit par : LaBrune | 13/06/2007

Tu prends quand même le temps de parler de lui, alors du temps, c'est que tu dois en avoir un peu quand même. Ce qui me gêne dans ce genre "d'expérience", c'est qu'elles sont toujours faites sur certaines personnes (celles qu'on aime pas) et pas d'autres.

On en tire en général la conclusion, non seulement qu'il n'est pas cohérent en fonction de son interlocuteur, mais surtout implicitement (et abusivement) on insinue qu'il est moins cohérent que les autres.

Je connais pourtant très peu de gens qui tiennent le même discours quel que soit son interlocuteur... Fait-il donc exception ou est-il dans la moyenne de tout un chacun ? Voilà une étude qui serait plus scientifique...

Écrit par : schleuder | 13/06/2007

Les commentaires sont fermés.