Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2007

Logique

L'intérêt de voir passer entre mes mains des dizaines de livres par jour, c'est que parfois je m'arrête sur certains, soit parce que j'en ai entendu parler, soit parce que le titre ou le sujet m'interpelle. Voici l'extrait d'un de ces livres, comme au bon vieux temps... Je ne mets pas l'auteur tout de suite, même s'il y a de gros indices. Non ce n'est pas un jeu, c'est juste pour éviter que l'on m'explique que c'était un alcoolique mégalomane, voir un meurtrier marxiste. sans même avoir lu le texte et que l'on a déjà l'idée toute faite (comment ça procès d'intention ? expérience plutôt si j'en crois mes citations de Bourdieu, Soral, etc.). Personnellement, ce texte m'intéresse, même si jusqu'à présent je n'ai pas tout saisi. Pas grave.

La dissolution de la logique a été poursuivie, selon les intérêts fondamentaux du nouveau système de domination, par différents moyens qui ont opéré en se prêtant toujours un soutien réciproque. Plusieurs de ce moyens tiennent à l'instrumentalisation technique qu'a expérimentée et popularisée le spectacle ; mais quelques-uns sont plutôt liés à la psychologie de masse de la soumission.

Sur le plan des techniques, quand l'image construite et choisie par quelqu'un d'autreest devenue le principal rapport de l'individu au monde qu'auparavant il regardait par lui-même, de chaque endroit où il pouvait aller, on n'ignore évidemment pas que l'image ve supporter tout ; parce qu'à l'intérieur d'une même image on peut juxtaposer sans contradiction n'importe quoi. Le flux des images emporte tout, et c'est également quelqu'un d'autre qui gouverne à son gré ce résumé simplifié du monde sensible ; qui choisit où ira ce courant, et aussi le rythme de ce qui devra s'y manifester, comme perpétuelle surprise arbitraire, ne voulant laisser nul temps à la réflexion, et tout à fait indépendamment de ce que le spectateur peut en comprendre ou penser.

Dans cette expérience concrète de la soumission permanente, se trouve la racine psychologique de l'adhésion si générale à ce qui est là ; qui en vient à lui reconnaîtra ipso facto une valeur suffisante. Le discours spectaculaire tait évidemment, outre ce qui est proprement secret, tout ce qui ne lui convient pas. Il isole toujours, de ce qu'il montre, l'entourage, le passé, les intentions, les conséquences. Il est donc totalement illogique. Puisque personne ne peut plus le contredire, le spectacle a le droit de se contredire lui-même, de rectifier son passé.

La hautaine attitude de ses serviteurs quand ils ont à faire savoir une version nouvelle, et peut-être plus mensongère encore, de certains faits, est de rectifier rudement l'ignorance et les mauvaises interprétations attribuées à leur public, alors qu'ils sont ceux-là mêmes qui s'empressaient la veille de répandre cette erreur, avec leur assurance coutumière. Ainsi, l'enseignement du spectacle et l'ignorance des spectateurs passent indûment pour des facteurs antagoniques alors qu'ils naissent l'un de l'autre.

Le langage binaire de l'ordinateur est également une irrésistible incitation à admettre dans chaque instant, sans réserve, ce qui a été programmé comme l'a bien voulu quelqu'un d'autre, et qui se fait passer pour la source intemporelle d'une logique supérieure, impartiale et totale. Quel gain de vitesse, et de vocabulaire, pour juger de tout ! Politique ? Social ? Il faut choisir. Ce qui est l'un ne peut être l'autre. Mon choix s'impose. On nous siffle, et l'on sait pour qui sont ces structures.

Il n'est donc pas surprenant que, dès l'enfance, les écoliers aillent facilement commencer, et avec enthousiasme, par le Savoir Absolu de l'informatique : tandis qu'ils ignorent toujours davantage la lecture, qui exige un véritable jugement à toutes les lignes ; et qui seule aussi peut donner accès à la vaste expérience humaine antéspectaculaire. Car la conversation est presque morte, et bientôt le seront beaucoup de ceux qui savaient parler.

Sur le plan des moyens de la pensée des populations contemporaines, la première cause de la décadence tient clairement au fait que tout discours montré dans le spectacle ne laisse aucune place à la réponse ; et la logique ne s'était socialement formée que dans le dialogue. Mais aussi, quand s'est répandu le respect de ce qui parle dans le spectacle, qui est censé être important, riche, prestigieux, qui est l'autorité même, la tendance se répand aussi parmi les spectateurs de vouloir être aussi illogiques que le spectacle, pour afficher un reflet individuel de cette autorité.

Enfin, la logique n'est pas facile, et personne n'a souhaité la leur enseigner. Aucun drogué n'étudie la logique ; parce qu'il n'en a plus besoin, et parce qu'il n'en a plus la possibilité. Cette paresse du spectateur est aussi celle de n'importe quel cadre intellectuel, du spécialiste vite formé, qui essaiera dans tous les cas de cacher les étroites limites de ses connaissances par la répétition dogmatique de quelque argument d'autorité illogique.

17:50 Écrit par Schleuder | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Debord...

Écrit par : le-gout-des-autres | 17/05/2007

Le style est inimitable (même si on n'est pas forcément d'accord avec tout ce qu'il racontait)

Écrit par : le-gout-des-autres | 17/05/2007

Il met "spectaculaire" à toutes les sauces, c'est trop facile... mais j'avoue que j'ai trouvé assez difficile et obscur "La société du spectacle" (que j'ai provisoirement abandonné). L'extrait ci-dessus vient des "Commentaires sur la société du spectacle".

Écrit par : schleuder | 19/05/2007

C'est justement le spectaculaire qui fait l'intérêt de ce texte. L'art de jongler avec les mots afin d'en détourner le sens profond, c'est bien certains discours entendus ces derniers temps, non?

Écrit par : pousse manette | 21/05/2007

si je n'adhére pas aux théses du situasionisme de la premiére heure, je dis que le pouvoir organise le spectacle qui bluffe les spectateurs qui se croient maitres du jeu, spectaculaire n'est pas au sens d'aujourd'hui, mais fauteur de spectacle, ce qui occupe la vue et par extension, l'esprit
suis floue
jamais su bien expliquer ce que je veux dire
bon
interressant, ton extrait
v'la

Écrit par : tarmine | 22/05/2007

Le Schleuder chiant est revenu ! C'est donc que tu as la pépêche, mon grand! ^^

Écrit par : LST | 23/05/2007

C'est pas chiant, ça fait réfléchir. A moins que réfléchir ce soit chiant.

Écrit par : pousse manette | 25/05/2007

thilde>c'est chiant à lire. Et Schleuder définissait lui-même son blog comme chiant... je ne fais donc que lui rendre hommage ! :)

Écrit par : LST | 25/05/2007

Mais y'avait aucun doute sur l'intention ;-p

Écrit par : pousse manette | 26/05/2007

pousse-manette> sans doute, mais j'ai du mal à m'habituer à ce terme. A qui profite le spectacle ?

tarmine> non pas floue. Il est très clair aujourd'hui qu'on nous met le nez dans le guidon sur des tas de problèmes subalternes et superficiels, à coups de débats restreints d'emblée, ou du moins dont les causes et les conséquences sont toujurs traités superficiellement, afin de nous empêcher de creuser pour savoir à qui tout cela profite vraiment.

LST> un compliment enfin ! C'est rare !

Écrit par : schleuder | 13/06/2007

Les commentaires sont fermés.