Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2009

L'Europe recule (et c'est tant mieux !)

Bonsoir,

 

La Commission européenne a annoncé ce jour qu'elle renonçait à autoriser la fabrication de vin rosé à partir de vin rouge coupé au vin blanc... Un résultat tangible de la victoire de la droite aux élections européennes.

 

On mesure avec ce projet à quoi servent les institutions européennes... Il ne faut sans doute pas chercher plus loin pourquoi le grand vainqueur de ces élections est le parti des abstentionnistes !

20:09 Écrit par Schleuder | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rosé, vin, rouge, blanc, élections européennes

Commentaires

Oui je suis d'accord moi je m’abstiens toujours de boire du vin! J'aime pow!

Sérieusement j’avoue que je ne suis pas assez callée sur l’Europe pour me permettre d’échafauder un argumentaire sur la pertinence ou non de son existence.
Par contre il est vrai que parfois il m’a semblait que certains de ses registres d’intervention étaient inutiles à la vie des pays qu’elle chapeautait tout autant qu’ils limaient l’individualité et les particularités de chacun.
Mais bon j’avoue être totalement blonde, peut-être même chauffe coté politique européenne. Je vais demander à Tiss de me faire quelques antisèches ;-)

Écrit par : Pom | 10/06/2009

"Il y a bien longtemps que j'ai fait une croix sur une retraite. Je trouve d'ailleurs injuste de continuer à cotiser !!"
Et c'est comme ça qu'on enterre la protection sociale à la française et qu'on fait exactement ce que souhaitent Sarko et consorts...

Écrit par : le-gout-des-autres | 20/06/2009

Je ne disais pas ça tout à fait sérieusement... quoique, maintenant que tu le dis... Le problème étant essentiellement démographique, c'est comme le pétrole, quand y'en a plus y'en a plus ! Et c'est en ça que Sarkozy et consorts nous mentent... en se disputant faussement sur des détails, retardant le plus possible l'annonce de ce constat.

Il y a bien une solution : relancer la natalité, mais là c'est le côté "femmes à la maison" qui va poser problème...

A la limite, je veux bien faire don de mes cotisations retraite aux allocations familiales...

Écrit par : schleuder | 20/06/2009

Tu me fais penser au type qui, hier soir sur France Inter expliquait "ouais, mais il y avait 500.000 retraités et aujourd'hui il y en a 750.000 ! " Il oublie seulement que s'il y a 750.000 retraités, il y a eu 750.000 cotisants et qu'il y a 27.000.000 de cotisants (en théorie) au lieu des 22.000.000 de l'époque.
Où est passé le blé ?
Outre le fait que les chiffres qu'il balance sont assez farfelus, il a l'air d'oublier un certain nombre de points:
1/ on nous rebart les orielles avec la hausse des salaires (non comptétitifs...), donc, par princvipe, hausse des montants cotisés.
2/ l'augmentation de la population active (il entre peut-être 600.000 personnes dans la population active mais il meurt aussi ~600.000 personne chaque année...)
3/ les pensions augmentant moins vite que l'inflation, si le pouvoir d'achat augmente (selon eux) c'est que les revenus augmentent plus vite que l'inflation, donc, les cotisations aussi.
Ergo, c'est bel et bien une volonté délibérée de passer de la retraite par répartistion à une retraite par capitalisation (plus favorable aux fonds de pension qu'aux pensionnés...). De même que si la santé était un truc miteux et pas rentable, il y a belle lurette que les assurances privées s'en seraient désintéressées.
Sauf à admettre, ce que personne n'oserait faire, que le but des fonds et des assurances privées est d'abord de prendre les cotisations et surtout de ne payer ni les soins ni les pensions...
Bon, c'est ce qui se passe aux USA mais on ne va quand même pas accuser notre nabot énervé d'avoir ce genre de truc à l'esprit...

Écrit par : le-gout-des-autres | 20/06/2009

Farfelus certes ses chiffres... puisqu'il doit y avoir 14 millions de retraités en France. Et le souci est que les cotisations d'aujourd'hui payent les retraités d'aujourd'hui mais me donnent des droits pour quand je serai à la retraite. Les retraités augmentant, l'équation est simple (il faut considérer la population active en activité, parce que les chômeurs augmentent aussi).

Et sans doute qu'effectivement certains tentent de profiter du gâteau de la manière que tu décris, cela ne change cependant rien au problème de base. Et ce qui m'inquiète (à part de ne pas avoir fait fortune), c'est que les véritables remises en cause ne sont pas envisagées, je dirais même pas envisageables.

Nous sommes dans une société qui considère qu'on a le droit de choisir à tous les étages de notre vie, qu'il n'y a plus aucune obligation sociale, où l'on a plus que des droits. Notre société est moins "traditionnelle", avec plus de choix, plus de libertés : ça a des avantages, mais ça a aussi ses inconvénients, et l'Etat ne peux pas toujours tout replâtrer.

Écrit par : schleuder | 20/06/2009

Les commentaires sont fermés.